Les “vrais” hackers

Je vais essayer ici de clarifier le terme “hacker” tel que vu par les hackers eux-mêmes dans la communauté et autres domaines d’activités.

Premièrement, petit lien cinématographique: : Le terme hacker fut utilisé dans plusieurs films à succès comme “Swordfish” avec John Travolta, Hugh Jackman et Halle Berry. Dans ce film, une équipe secret de rebelle terroriste recrute the meilleur hacker au monde (qui essai de rester blanc comme neige après avoir passé des années en prison pour avoir hacker auparavant) afin de voler des milliards de dollars au gouvernement américain. Le terme hacker est largement utilisé dans ce film.

La liste de film à succès sur ce sujet est longue. Voici selon le site “TechSource” les 10 meilleurs films de hacking:
10. Swordfish
9. Track Down (aka Hackers 2)
8. Antitrust
7. Sneakers
6. Die Hard 4: Live Free or Die Hard
5. The Net
4. Hackers
3. Tron
2. The Matrix (Trilogy)
1. WarGames

Tous ces films font références au terme “hacker” et non “cracker”.

Maintenant, autre distinction. La plupart des “vrais” hackers, ou ceux considérés comme les “patenteux” de ce monde, n’aiment pas ce terme puisque selon eux, ce terme est péjoratif et disent que nous devrions utiliser “cracker” plutôt pour définir les gens mal intentionné. Et bien, il existe déjà deux termes distincts pour définir les bons des méchants. En anglais, on utilise les termes “white hat” pour définir les bons, et “black hat” pour les méchants.

Selon hackeralert.com, un black hat, aussi appelé “cracker” (et oui, cracker aussi!), est quelqu’un qui utilise ses compétences avec une intention criminelle. Quelques exemples seraient, de “hacker” des comptes de banques de client afin de transférer l’argent dans son propre compte ou d’entrer frauduleusement sur le réseau privé d’une compagnie, voler l’information (Intellectual Property information) et la revendre à des compétiteurs.

En ce qui concerne les “white hat”, ces derniers utilisent leurs habiletés et connaissances afin de se protéger contre les attaquants. Ils offrent donc leurs services à des entreprises, des organisations publiques ou gouvernementales.

Dans une certaine mesure, tous les hackers (white et black) sont un peu “patenteux”. J’ai l’image de hacker se fabriquant une antenne Wifi à l’aide d’une bouteille de croustille “Pringle” afin de hacker un réseau sans-fil à une grande distance. (http://www.youtube.com/watch?v=betR3vejzg4)

Donc, ce n’est que question d’interprétation, et dans les deux cas, les techniques sont les mêmes, ce n’est que la mentalité qui change.

Advertisements
Posted in Uncategorized | Leave a comment

Le “Open Source”: Pour toujours gratuit?

Voici un commentaire sur le billet de Philippe Scoffoni à savoir si le “open source” sera toujours gratuit. C’est une excellente question qui mérite réflexion.

Donc, la première question à ce poser, est-ce que les logiciels “open source” sont vraiment gratuit. Selon la définition du GNU, les termes sont que la License open source permet une distribution libre du logiciel. Cela n’exclus pas le droit de le vendre ou de faire payer pour des contrats de service ou support (ce qui est aussi très payant et souvent nécessaire pour la plupart des entreprises qui n’ont pas toute l’expertise “in house”), ce qui est moins nécessaire pour les logiciels comme ceux de Microsoft qui sont tous très bien connu par la majorité des gens d’informatiques.

De plus, il faut faire la nuance entre logiciel librement distribué et gratuit. Lorsque l’on dit qu’il est gratuit cela veut en fait dire qu’il n’a rien coûté (création). C’est bien évidement pas le cas, car les gens doivent passer des heures à les programmer.

Maintenant que la guerre est commencée, une autre question se pose? Pourquoi, si c’est gratuit, les entreprises (qui pourraient facilement sauver des millions justes en coût de License) n’embarquent pas dans le bateau du open source (open office, Linux pour les “desktop”, Linux pour les serveurs, etc)? Je suis convaincu que la réponse n’est pas seulement le coût, mais je peux vous affirmer que la majorité des entreprises vont longuement étudier le dossier s’ils peuvent sauver 10 millions juste pour des licences de Microsoft Office. Et pourtant, il risque encore de rester avec Microsoft, et je crois qu’une des raisons à cela c’est qu’ils ont évalué que même avec le open source, il y a un prix à payer…formation, déploiement, support et autres.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Vivre libre, des logiciels aux contenus

Vous connaissez probablement les logiciels libres et les principes qui les sous-tendent. Le libre, c’est à mon avis l’expression ultime de l’homme dans ce qui le rend unique : sa capacité à collaborer pour l’avancement de tous. Il s’agit ici de fournir la connaissance sans frais, pour que tous puissent en bénéficier, la réutiliser, la modifier, et créer rapidement de nouvelles connaissances.

L’avènement d’internet a permis de mettre de l’avant des initiatives en ce sens qui, jadis, n’auraient pas été possible avec les moyens de communication de l’époque. Le libre, d’abord appliqué aux logiciels, a bientôt été appliqué à une multitude de créations via des licences dites de “Copyleft“. Ce type de licence englobe plusieurs contenus : des livres, des images, des sites webs, de la musique, etc. Parce que l’art et la culture aussi, devraient être libre. Voici donc une liste de ce que je considère être les meilleurs sites web pour trouver du contenu libre.

Général

http://search.creativecommons.org
http://commons.wikimedia.org/wiki/Main_Page

Littérature
http://www.wikibooks.org/

Musique
http://www.opsound.org
http://www.royaltyfreemusic.com

Art graphique

http://images.google.fr/advanced_image_search?hl=fr (sélectionnez le droit d’utilisation approprié)
http://www.flickr.com/creativecommons/
http://commons.wikimedia.org/wiki/Main_Page

Connaissance
s
http://www.wikipedia.org
http://www.wikihow.com

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Trucs pour maintenir votre vie privée sur le web

Si comme moi vous vous sentez concernés par les informations disponibles à votre sujet sur la toile, sachez qu’il existe certains trucs afin de restreindre la quantité d’information que vous fournissez lorsque vous naviguez sur la toile. Voici donc une liste des 7 meilleures pratiques.

  • Restreignez les sites où vous publiez de l’information
  • Sécurisez votre réseau domestique
  • Utilisez des mots de passes difficiles à deviner
  • Sensibilisez les membres de votre famille à la sécurité de l’information
  • Utilisez des courriels temporaires si vous devez fournir une adresse pour un téléchargement ou autre
  • Si vous visitez des sites peu fréquentables, utilisez un proxy d’anonymat
  • Sécurisez votre compte Facebook

Sources :
http://www.youbux.com/online-privacy-protection-tips/
http://ezinearticles.com/?Keeping-Your-Private-Life-Off-The-Internet—Top-10-Privacy-Protection-Tips&id=808663
http://thenexus.tk/10-way-to-stay-anonymous-online/
http://www.makeuseof.com/tag/the-complete-guide-to-facebook-privacy/

Posted in Uncategorized | Leave a comment

L’appartenance à une communauté Internet

Selon une enquête de Statistique Canada sur l’appartenance au communauté des Canadiens, il semblerait que ces sentiments sont plus répandus chez les personnes vivant ou ayant vécu dans une région pendant de longues périodes.

D’autres informations révèlent que de nombreux utilisateurs d’Internet profitent de leur connexion pour devenir plus actifs dans leur collectivité, ce qui est une bonne chose en soi. J’ai vu plusieurs communautés utiliser Internet pour recruter des gens ayant besoin de sentiment d’appartenance ou juste pour se désennuyiez. Par exemple, le Club Optimiste (voir http://www.facebook.com/pages/Club-Optimiste-Magog-Orford/112453195473472 ) regroupe un nombre impressionnant de membre qui, de nos jours, utilise Internet et les réseaux sociaux afin de parler de leur communauté.

Les résultats de l’Enquête canadienne sur l’utilisation d’Internet de Statistique Canada montrent que 44,2 % des Canadiens qui utilisaient Internet à leur domicile le faisaient pour se renseigner sur des événements communautaires. Cette activité était particulièrement répandue chez les utilisateurs d’Internet à la maison titulaires d’un diplôme universitaire et résidant dans des régions urbaines au Canada.

Donc, l’appartenance à une communauté Internet passe par les réseaux sociaux et autres qui peut s’avérer un tremplin pour la vie dans une ou dans “la vraie” communauté!

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Gérer votre réputation sur Internet: Pas chose facile!

À prime à bord, il semblerait que nous n’ayons pas à nous soucier de “gérer” notre réputation sur Internet, mais lisez ces quelques exemples et vous serez convaincu du contraire!

Publié sur le blogue de Frédéric Desjardins, Directeur d’Hegemony Media, voici quelques exemples de problème de réputation pouvant être nuisible: Deux employés d’une pizzeria ont téléchargé des vidéos sur Youtube montrant des pratiques écœurantes lors de la préparation de pizzas. Ces scènes ont été filmées discrètement à l’aide de leurs caméras de téléphone cellulaire. Le propriétaire du restaurant a géré la crise en postant une vidéo contenant la réponse officielle du restaurant sur Youtube.

Il y a 16 ans, un cadre haut placé d’une société française œuvrant à Montréal a commis une erreur nuisible qui fut rendue publique. Il a passé des années à regretter sa décision et a finalement abandonné sa profession. Il a trouvé un nouveau travail honnête et, en 2008, a accepté un poste prometteur au sein d’une société connue à New York. En 2009, un collègue a fouillé au sujet de son passé sur le moteur de recherche Google et a trouvé les renseignements négatifs. Le cadre a été congédié sur-le-champ lorsque son employeur a appris ses antécédents.

En 2009 également, une petite entreprise de la ville de Québec s’est rendu compte qu’un concurrent publiait des commentaires négatifs anonymes sur un blogue qu’il avait créé et qui était relié au domaine d’activité dans lequel œuvrait cette entreprise. Le jour suivant, son blogue se classait en deuxième sur Yahoo! lorsqu’on recherchait la compagnie. Prendre le temps de répondre à ces commentaires fut une perte de temps et d’argent considérable pour les responsables de cette entreprise.

Ces exemples montrent que ces gens ou les gestionnaires d’entreprises ne prennent pas au sérieux la puissance d’Internet sur votre réputation. Quand quelqu’un fabrique à tort votre identité et trouble votre réputation, c’est une chose, mais quand c’est vraiment votre réputation qui est problématique et vous suit partout, et bien à qui la faute? Il nous faut des années à se bâtir notre réputation alors il est impératif d’y faire attention.

 

Comme le dit si bien Frédéric Desjardins, ont met des années à bâtir notre réputation et elle peut parfois être détruites en quelques heures. Un seul commentaire négatif sur Internet et c’est parti| La calomnie, la rumeur, la désinformation, la manipulation ou la propagande ont toujours existé. Mais aujourd’hui, la vitesse de propagation du message ainsi que sa portée sont décuplés.

Donc voici ce qu’il suggère et ce que je recommande aussi:

Faire le suivi : repérer qui parle de vous sur Internet, de votre personnel, de votre marque de commerce, de vos produits, de vos services, de tout ce qui vous concerne. Si on parle de vous, vous devez le savoir au moment où cela arrive.

Pour ce faire, une petite recherche sur Google vous sera très révélatrice! Pour plus de détail et d’autres idées, allez lire son billet sur le sujet: http://hegemony.ca/2011/01/14/rss1/

Réparer : si, lors de votre suivi, vous avez trouvé de l’information négative ou un blogueur mécontent, vous voudrez savoir quoi faire pour corriger la situation. Si vous vous y prenez de la mauvaise manière, la situation peut empirer.

Gérer : vous devez développer une stratégie faisant en sorte que ceux qui parlent en mal de vous sur Internet deviennent moins nuisibles. C’est la clé du succès sur le Web.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Facebook nous rend-il vraiment triste?

Une récente étude affirme que Facebook nous rend triste. Apparemment, les gens y publient majoritairement des événements positifs et puisque nous avons tendance à nous comparer, ceci donne l’impression que nous sommes les seuls à vivre de mauvais moments tandis que les autres vivent le parfait bonheur. Plusieurs personnes ont commenté les résultats de cette étude sur leur blogue.

Tout d’abord, dans son billet intitulé Pourquoi Facebook nous rend triste, Éric Mainville résume bien les résultats de l’étude. Cependant, les commentaires à la suite de son billet me rendent un peu perplexe. Effectivement, certains suggèrent que Facebook est un jeu, ce qui à mon avis est complètement faux. D’accord, ce réseau social peut être un divertissement, mais à la base il s’agit d’un outil permettant de créer des liens entre les utilisateurs afin de partage et de communiquer des informations. Créer des liens entre des utilisateurs est-ce vraiment un jeu? Quel est donc le but de ce jeu alors? Avoir le plus d’amis? Probablement que plusieurs personnes répondent oui à ces questions, mais personnellement j’utilise Facebook pour bien d’autres raisons!

Pour revenir à l’étude qui prétend que Facebook nous rend triste, je suis portée à mettre en doute l’interprétation des résultats. Selon moi, ce phénomène de tristesse doit être observé seulement chez certains types de personnes. Ce sont probablement ceux de nature mélancolique qui se sentent triste après être allés sur Facebook. Donc, ces gens doivent être attristés tout autant sans ce réseau social.

De plus, je ne crois pas que les gens ne partagent que leurs bons coups. Pour ma part, je partage mes mauvaises passes sur Facebook (problème de voiture, grippe, examen qui s’est mal déroulé…) sans me sentir « loser » et lorsque je vois les bons coups des autres utilisateurs, je me dis « Ah, c’est cool » et je suis contente pour eux. Je suis loin de me sentir triste et de trouver ma vie plate!

Enfin, même si les gens sur Facebook y présentent différentes facettes de leur identité, je suis persuadée qu’une saine utilisation de cet outil, effectué par une saine personne, n’entraîne aucun effet négatif sur celle-ci. Il faut donc savoir doser son usage et rester conscient que la vie est beaucoup plus qu’un simple statut sur Facebook!

Posted in Uncategorized | Leave a comment